Des nouvelles du micro-lycée Saint Joseph de Tivoli à Bordeaux

09/12/2016

A Bordeaux, l’établissement jésuite Saint Jospeh de Tivoli a ouvert en septembre 2014 le premier Microlycée de l’enseignement catholique. 

Un an plus tard, une deuxième classe a accueilli les élèves décrocheurs. Le microlycée partage le bilan de sa mission et de ses activités : les difficultés rencontrées, les petites victoires et les différentes pistes pour l’année prochaine…

Les élèves

En septembre 2014, 3 élèves inscrits en Terminale L, 8 élèves inscrits en Première Es ou L. Les motifs de leur décrochage sont divers : phobie scolaire, erreur d’orientation, harcèlement scolaire, histoire personnelle (une première grossesse, un conflit familial…)

Un élève s’est orienté très tôt vers l’apprentissage et nous a quittés avant la fin du premier trimestre. A nouveau en échec, il souhaite reprendre une Première à la rentrée prochaine. Deux autres élèves ont décroché, l’un partiellement, mais il a réussi néanmoins à passer les TPE, l’autre ne répond plus à aucun de nos mails ou appels.

Sur les huit élèves restants :
– Un élève de Terminale a affiné son projet. Le cumul CDI 20h et cours en microlycée est trop lourd. Il a cheminé vers l’idée de passer un DAEU, idée qu’il se refusait d’admettre l’an dernier. De plus à la différence de sa première terminale, il n’a pas fui à l’autre bout de la France et a maintenu une présence assez régulière
– Une autre élève de Terminale, lourdement phobique réussi à garder le lien avec le lycée, malgré ses absences inévitables. L’idée de devoir repasser les épreuves anticipées de premières a ajouté une pression supplémentaire. Elle a malgré tout créé un dossier APB et réussit à se projeter.
– La dernière élève de terminale est la plus présente. Projet post bac validé et intégration dans l’école de son choix garantie, elle se donne les moyens d’atteindre ses objectifs et travaille avec sérieux pour l’obtention du baccalauréat

Quant aux huit élèves de première :
– une (la plus jeune 18 ans à peine) n’a toujours pas trouvé de motivation. Elle a intégré le micro lycée « pour ses parents ». L’absence de projet personnel explique sa présence irrégulière
– la mère de famille de 19 ans (qui a eu son deuxième enfant en janvier 2014) est présente quand elle peut et surtout dans les matières sur lesquelles elle sera évaluée cette année (français, sciences). Elle est déterminée et fournit un travail important pour atteindre ses objectifs.
– L’interne est assidu, intégré dans le lycée a d’importantes difficultés lors du passage à l’écrit.
– Celle qui avait validé un BEP carrières sanitaires et sociales est avec l’Oloronaise la plus assidue. Présentes tous les jours. En progrès constants. Deux exemples d’un raccrochage parfaitement réussi.

Les difficultés

Problème Terminale et épreuves anticipées :
Raccrochage difficile quand obligation de repasser les épreuves anticipées. La réalité du baccalauréat est parfois un peu rigide pour les parcours sinueux de ces élèves. En effet, trois épreuves supplémentaires en juin 2015 pour la jeune Emma qui avait réussi en septembre 2013 ses épreuves de
français et de sciences est aussi un déclencheur de stress et de redécrochage potentiel. Mise en adéquation nécessaire du bac avec ces parcours pour garantir la même chance à tous les élèves du ML (mais la réglementation change l’année prochaine : tout élève pourra bénéficier du maintien des notes des épreuves anticipées pendant 5 ans, une grande avancée pour nos lycéens !)

Absentéisme :
Comment éviter l’absentéisme ? L’absence de culpabilisation est indispensable mais montre aussi sa limite: quelle prise alors? Chaque élève a toujours un adulte référent (l’élève et l’adulte « se choisissent » qui garde le lien avec lui, mais l’autonomie s’apprend et ne se décrète pas :

A la rentrée prochaine, nous allons mettre en place des heures de travail personnalisé à partir de 15h30. Ces temps de travail seront accompagnés par les adultes référents ou des éducateurs.

Projet personnel de l’élève :
Une intuition s’est confirmée au fil des mois: un élève raccrochera quand il aura un projet. Certes une évidence mais réalité encore plus forte pour ces jeunes. Nous allons renforcer le travail sur l’orientation après avoir déterminé le niveau des jeunes intégrant le Micro Lycée (avec des supports spécifiques et des intervenants qualifiés).

Difficulté sociale et financière :
Certains de ces jeunes connaissent une vie économique des plus fragiles. La péréquation permet certes de limiter le coût de la scolarité mais n’enlève rien à la précarité globale. Les missions locales ou assistantes sociales apportent souvent leur aide, mais elle reste insuffisante pour répondre aux contraintes financières de ces jeunes.

Les pistes pour la rentrée prochaine

– Création d’un groupe d’élèves supplémentaire (expérience validée par les instances officielles qui nous accordent une dotation supplémentaire pour la rentrée 2015)
– Formation des enseignants, on renforce les approches pédagogiques différenciées et on enrichit ainsi également l’enseignement dans les autres classes de l’établissement
– Recherche de fonds pour financer des intervenants extérieurs et l’équipement spécifique
– Création d’un fonds de solidarité pour surmonter les entraves économiques des élèves
– Poursuite du travail en réseau (tutelle, diocèse, SAIO, missions locales etc) pour faciliter le projet d’orientation
– Création de modules d’enseignements artistiques pour valoriser les talents de nos élèves

Les petites victoires de l’année !

arton47-0e12dDes solutions surprenantes : une élève est hébergée par une famille dont la fille est scolarisée au collège. Les échanges entre les deux familles et les deux jeunes – malgré la différence d’âge- ont profondément changé le regard sur l’autre et la motivation des deux !

Un autre élève est entièrement pris en charge par Tivoli (scolarité, hébergement, repas). Grâce à l’internat, il a trouvé sa place au milieu des autres.

– L’élève de Terminale, déterminée mais souffrant d’une grave phobie a réussi l’inclusion la plupart du temps parce que le microlycée était là pour la rassurer.

Un grand merci aux donateurs pour leur générosité et leur soutien !

> Photo : © Micro lycée Saint Joseph de Tivoli

> En savoir + sur le site du Micro-lycée Saint Joseph de Tivoli